>Vous êtes ici | Catalogue | Littérature | Poésie | La part des ombres
Imprimer le contenu de cette page
Télécharger cette page en PDF
Recommander cette adresse à un ami

La part des ombres

Chiara Meichtry-Gonet
Nombre de pages: 80
Langue: Français
Dimensions: 240 x 270
Parution: 13 juin 2014
Reliure: Dos carré cousu-collé
Collection:
ISBN: 978-2-88341-227-9
CHF 39.00
"Je me souviens des choses anciennes et je pleure,
je me souviens des douceurs anciennes et je tombe,
je me souviens de tout et j’essaye de vivre avec."

Accès EDITION DE LUXE

...

Aujourd’hui, j’ai trente-six ans. Mon père est mort du Sida. Je ne connais personne dont le père est mort du Sida. Nous n’avons toujours été que deux avec ça.

L’autre jour, au creux d’un Val d’ici, au cœur de cette drôle de terre que, finalement, j’ai accepté, ou qui m’a adopté, je n’en sais rien, je me suis accroupie sur une pierre. J’ai bien et longuement observé les veines, les liserés, les reliures, les complications. C’est ma mémoire que je détaillais. Ce soir, c’est elle que j’affronte. C’est ma douleur que je regarde et c’est mon père que je quitte...


 

«LA PART DES OMBRES» est le récit d’un deuil et d’une renaissance. C’est le récit d’amitiés profondes nées du partage d’une mémoire et d’une histoire communes, par de-là les langues et par de-là les trajectoires personnelles.

Récit du souvenir d’un père tant aimé, c’est aussi l’autopsie d’une fin marquée par la peur et l’incompréhension, la solitude et le secret. Près de trente après l’apparition des premiers cas de Sida, «La part des ombres» célèbre en creux la mémoire de toute une génération touchée de plein fouet par une maladie encore souvent innommable. Comment vivre avec la maladie? Comment accepter sa propre mort toute proche? Comment concevoir l’idée d’une maladie née de l’amour? Comment survivre ensuite, à la perte d’un proche? Comment, maintenant, peut-on vivre avec le virus, c’est-à-dire comment peut-on vivre avec la mort en soi? Quelles peurs, quelles angoisses, quelles irrationalités doit-on affronter? Et plus loin, comment vivre avec une telle mémoire? Comment ne pas oublier? Comment faire les comptes avec toutes ces ombres?

Mais «La Part des ombres » est aussi le récit d’une renaissance, celle d’une fille face à son père, celle d’une enfant devenue adulte face à la maladie et à la souffrance.

Pascal-Arthur Gonet est mort du Sida en 1992, à l’âge de 36 ans, laissant deux enfants, de 15 et 13 ans. A cette histoire fut dédié par Gilbert Salem en 1996 le récit «A la Place du Mort» (Bernard Campiche Editeur).

Vingt ans plus tard, sa fille Chiara, a voulu célébrer sa mémoire, son deuil et sa douleur le soir de ses 36 ans en récitant elle-même l’histoire de cette agonie. Avec la comédienne Olivia Seigne, elles ont, ensemble, exploré leur propre amitié naissante, et construit une heure de dialogue entre l’expérience passée de Chiara Meichtry-Gonet, relayée aussi par la voix singulière de Gilbert Salem, le regard d’Olivia Seigne sur cette histoire, et leur chemin commun particulier.

Ce moment particulier, créé aux Mayens-de-Sion en mai 2013, a été conçu, grâce au concours d’Alexandre Vogel et d’Olivier Meichtry au niveau de la conception scénographique et du collectif «The DeadSkeletons» au niveau de la création musicale, comme le reflet d’un monde particulier, avec ses propres atmosphères, ses propres règles, sa propre musique et ses propres couleurs. L’histoire personnelle du collectif «The DeadSkeletons» l’a amené tout naturellement à cette intégration.  

La mémoire, les mémoires, de ce moment ont conduit ensuite Chiara Meichtry-Gonet à continuer sa réflexion poétique et émotionnelle, tirant de tout cela un récit du récit, une chronique d’un voyage au cœur de la vie.

Aujourd’hui, grâce à la continuelle collaboration artistique avec le poète Will Carruthers et avec le graphiste Olivier Meichtry, ce récit prend vie et corps, avec le travail de mémoire visuelle réalisé par les photographes Gilbert Vogt et Philippe Pache.

COMMENTAIRES

A la croisée des chemins entre témoignage, poésie, art, cet ouvrage est unique.

Chiara Meichtry-Gonet s’y livre avec générosité mais pudeur. Ses textes sont d’une grande beauté, épurés et sobres. Chaque mot nous fait ressentir l’émotion de la jeune fille de l’époque et de la femme qu’elle est aujourd’hui.

Chiara nous offre une histoire très personnelle mais qui finalement nous concerne tous et nous revoit à nos peurs et réactions. Un récit qui nous fait prendre conscience de ce qu’a pu vivre une adolescente dont le père meurt du sida en Valais dans les années 1990 et nous invite à nous demander si les choses ont vraiment changé.

On en parle

 

 

 

 

 





En savoir plus
Editions Monographic SA
Technopôle 2
CP 636
3960 Sierre
+41 27 452 27 30
powered by /boomerang 2013